100 millions d’euros pour soutenir la rénovation énergétique des bâtiments publics


Emmanuelle Wargon, secrétaire d’État auprès de la ministre de la Transition écologique et solidaire, a signé mercredi 1er juillet la convention du programme d’Action des collectivités territoriales pour l’efficacité énergétique (ACTEE 2), aux côtés de l’Association des maires de France (AMF), de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME),  de la Fédération nationale des collectivités concédantes et régies (FNCCR) et des partenaires financiers.

Le programme ACTEE 2, doté de 100 millions d’euros financés par des certificats d’économie d’énergie (CEE), s’inscrit dans le plan de relance du gouvernement, en stimulant l’investissement des collectivités au service de l’activité économique locale et en accélérant la transition écologique.

« À l’heure où les nouveaux exécutifs municipaux vont s’installer et où des investissements massifs sont nécessaires pour accélérer la transition écologique tout en relançant notre économie, le programme ACTEE 2 est plus que jamais opportun. Nous devons aider et soutenir les collectivités pour rénover leurs bâtiments. C’est à la fois créateur d’emploi local, générateur d’économies d’énergie et aussi bénéfique pour le confort de ces lieux qui font notre vie collective comme les écoles, les mairies, ou encore les EHPAD » a déclaré aujourd’hui Emmanuelle Wargon. 

Concrètement, le programme ACTEE 2 prévoit :

•             La mise en place d’une disposition des collectivités une boîte à outils pour les accompagner dans leurs démarches d’efficacité énergétique : guides, cours en ligne, parcours de formation documents contractuels types, etc. ;

•             La mise en place d’une cellule de soutien (« hotline ») pour répondre aux questions des collectivités qui cherchent des conseils pour leurs projets de rénovation énergétique ;

•             Le financement de postes d’experts pour la rénovation énergétique mutualisés entre collectivités, capables d’accompagner des projets sur les volets technique et financiers ;

•             La mutualisation des projets de rénovation, entre collectivités, via des appels à manifestation d’intérêt (AMI). Deux premiers appels AMI ont d’ores et déjà été annoncés ce 1er juillet, ciblés respectivement sur les bâtiments communaux et sur les établissements publics de santé, les EHPAD et les maisons de retraite.

Afin de mobiliser le plus largement possible, le programme associera à sa gouvernance les associations de collectivités ainsi que les principaux acteurs publics de la rénovation énergétique des bâtiments publics, dont l’Ademe, le Cerema et la Banque des territoires.