Annulation des charges sociales, dotation aux collectivités locales triplée… le kit de survie du gouvernement pour aider le bâtiment

Coronavirus Outbreak Global economic Recession. Small business owner affected by the coronavirus outbreak. Freelance contractor being impact by COVID 19 with loss of money, employees and no supplies.


Le gouvernement a présenté, mercredi 10 juin, le projet de loi de finances rectificatif en conseil des ministres, avec une panoplie de mesures censées redonner du souffle aux entreprises du bâtiment.

Alors que la FFB lançait un cri d’alarme mardi, appelant le gouvernement à inscrire dans le projet de loi de finances rectificatif des mesures significatives pour aider le secteur du bâtiment, la réponse de l’exécutif ne s’est pas fait attendre.

Mercredi midi, au moment même où le troisième projet de loi de finances rectificatif (PLFR3) était présenté en conseil des ministres, une conférence de presse conjointe entre les ministères de la Cohésion des territoires, de l’Économie et des Finances et de la Transition écologique et solidaire a permis au gouvernement de rappeler toutes les actions menées depuis le début du confinement en faveur du Bâtiment, et toutes celles à venir.

Jusqu’à 50 % des charges sociales pendant le confinement annulées

Parmi les nouvelles mesures censées apporter un peu de trésorerie aux entreprises, le PLFR3 prévoit pour les entreprises de moins de 50 salariés, du bâtiment et de tout autre secteur, une annulation des charges sociales qui avaient été reportées en mars, avril et mai, jusqu’à 50 % pour permettre aux entreprises  » d’apurer la situation « .

Le gouvernement va également mettre en place une garantie sur le stock de l’assurance-crédit pour, une fois de plus,  » préserver les trésoreries  » et   » éviter que les entreprises soient privées de couvertures  » .

Le ministère de l’Économie et des Finances a aussi rappelé les aides mises en place pour les entreprises embauchant des apprentis, à savoir une prime de 5 000 € pour un apprenti de moins de 18 ans, et de 8 000 € pour un apprenti majeur.

Enfin, et c’était une demande des fédérations professionnelles, l’État va augmenter d’1Md€ le soutien d’investissement local. Cette augmentation de la dotation aux collectivités locales sera principalement réservée aux projets liés à la rénovation énergétique. «  Cela va soutenir le carnet de commandes du BTP  » espère-t-on à Bercy.

Encore faut-il être patient pour entamer cette phase de relance d’activité. Le troisième projet de loi de finances rectificatif doit être présenté en septembre par le Président de la République.