Démarchage téléphonique : le gouvernement sort l’artillerie lourde

Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Economie et des Finances, a annoncé une série de mesures pour surveiller cette pratique à travers une proposition de loi.

 » Dans un contexte où les plaintes ont augmenté de 20 % entre 2018 et 2019, l’interdiction complète du démarchage téléphonique dans le domaine de la rénovation énergétique sera un signal fort  » peut-on lire dans le communiqué de presse du ministère de l’Economie et des Finances diffusé lundi 27 janvier. Pour éradiquer les pratiques abusives, le gouvernement a décidé, dans le cadre de l’examen de la proposition de loi, de frapper un grand coup.

 » Name and shame « 

 » L’ubiquité et l’ingéniosité des fraudeurs rend la tâche des enquêteurs difficile  » a indiqué Agnès Pannier Runacher. Cette dernière compte donc sur la généralisation du recours au « name and shame » (qu’on pourrait traduire par « Nommer et couvrir de honte ») pour « protéger » les Français des éco-délinquants. Les préfets publieront donc désormais les noms des entreprises ne respectant pas les règles en matière de démarchage téléphonique.

La proposition de loi est examinée en seconde lecture à l’Assemblée nationale ce jeudi 30 janvier.