Une députée sur un chantier de rénovation de baies

Marjolaine Meynier-Millefert, députée de l’Isère a été à la rencontre des professionnels dans le cadre d’une rénovation de logements collectifs privés.

Impliquée dans le domaine de la construction et de la rénovation au travers, entre autres, de sa mission de coordonnatrice du plan de rénovation énergétique des bâtiments, Marjolaine Meynier-Millefert s’est rendue le 1er août à Marly-le-Roi (78), dans une résidence où des copropriétaires se sont groupés pour améliorer le confort de leurs logements. Leur décision a suivi la recommandation faite par un audit énergétique. La rénovation des baies vitrées a été choisie en premier lieu pour améliorer l’efficacité énergétique et la sécurité tout en assurant un éclairage naturel optimum et un meilleur confort acoustique.

La députée était accompagnée de représentants des syndicats de la filière des baies vitrées. Les appartements disposent de surfaces vitrées dont les plus grandes atteignent 4 600 mm x 2 160 mm. Posées il y a plus de 40 ans, elles généraient 36 % des déperditions énergétiques. Les dépenses de chauffage atteignaient près de 70 % de la consommation énergétique. A la question « Quelles sont vos motivations pour la réalisation de travaux de rénovation énergétique ? », les habitants ont répondu les économies d’énergie à 30,2%, l’amélioration du confort (24,9%) et la valorisation du patrimoine (16,4%). Les fenêtres étant dans les parties privatives d’une copropriété, le conseil syndical a géré un appel d’offres mutualisé pour les copropriétaires souhaitant s’associer au projet de cette rénovation en se basant sur une 1ère estimation de 200 fenêtres changées sur les 1 900 de la copropriété.

15000 euros pour un appartement de 5 pièces

Le conseil syndical a choisi des baies vitrées coulissantes à UwLe coefficient Uw, en W/(m².K), définit la performance de ... de 1,5 W/m2.K équipées de double vitrage 4/20/4 peu émissif avec gaz argon. Le coût moyen des travaux pour un appartement de 5 pièces était de l’ordre de 15000 euros.

Au cours de cette visite, la députée s’est clairement prononcée en faveur de la rénovation des fenêtres : « Contrairement à ce que l’on peut parfois entendre, je suis convaincue que les menuiseries jouent un rôle important dans la rénovation énergétique des bâtiments. L’audit du Verger de Marly montre que cela peut même devoir être le premier poste de travaux à mener. »

Article en lien