Une journée pour mieux intégrer les femmes dans le monde de la baie

Une journée pour mieux intégrer les femmes dans le monde de la baie

Le 8 mars nous célébrons la journée internationale des femmes. Thème principal choisi par l’ONUL'ONU signifie : Organisation des Nations Unies. Cette organ... cette année : « les femmes dans un monde du travail en évolution : une planète 50-50 d’ici 2030 ». Cette journée est donc idéale pour aborder le sujet des femmes dans les métiers de la baie.

Tout d’abord : pourquoi une journée internationale de la femme ?

Cette journée a été officialisée par les Nations Unies en 1977. Elle puise son origine dans les luttes des ouvrières et suffragettes du début du vingtième siècle. A l’époque, elles souhaitaient de nouvelles conditions de travail et le droit de vote.

Nos métiers évoluent

De son côté, le secteur du bâtiment a nettement évolué ces dernières années. Grâce à la mécanisation, aux engins de levage, à la mise en place de charges plus légères, l’environnement de travail s’est beaucoup amélioré. Les femmes sont présentes dans plupart des métiers de la fenêtre, de la fermeture et des automatismes, mais en nombre encore très modeste.

Quels sont les blocages à l’entrée des femmes dans la baie ?

La majorité des recruteurs mettent en avant le manque de formation (on oriente encore les jeunes filles plutôt vers d’autres voies) et le nombre réduit de postulantes.

Que pensent les principales intéressées ?

 

Emmanuelle Legault présidente Cadiou

Les femmes manquent peut-être de confiance en leur propre capacité. Alors qu’elles sont très efficaces et déplacent des montagnes pour améliorer la performance de leur service et de l’entreprise ».

 

 

 

Véronique Magnan, resp. commerciale Javey

Il est difficile de faire sa place dans nos métiers. Je me heurte souvent à des réflexions. Certains prospects me soumettent à de véritables interrogatoires techniques…

Je n’ai pas de droit à l’erreur ».

 

 

Amélie Guérin, dirigeante ID Stores Fermetures

En général, les hommes acceptent plus facilement de travailler avec des femmes si, d’un point de vue hiérarchique, elles sont en dessous d’eux ou qu’elles ont un salaire inférieur ».

 

 

Comment ôter les freins ?

Il faudrait leur donner une chance, tout simplement. Il faut également que les femmes osent plus. On ne viendra pas les chercher. C’est à elles aussi de faire leur part du chemin » Emmanuelle Legault, présidente Cadiou.

Marie-France Javey, dirigeante Javey

Il faut arrêter de croire que certains métiers sont des ‘métiers d’hommes ‘ et d’autres des ‘métiers de femmes.

L’efficacité est optimisée au sein d’une équipe mixte ».

 

 

Sophie Touzin resp. commerciale Seas

Il ne faut pas avoir peur de défendre son point de vue. Mais il faut avant tout posséder une base technique très solide et avancer par étapes ».

 

 

Sophie Baron, fondatrice d’Alliance Group

Je pense que nous devons garder notre féminité sans essayer de ressembler à des hommes.

Ce sont nos différences qui enrichissent l’entreprise. Il faut dépasser les freins ».

 

Ces femmes pionnières nous montrent la voie. Elles apportent un regard neuf, une énergie nouvelle, une complémentarité. Elles contribuent à la construction d’une image plus moderne de l’entreprise et du monde de la baie.

Pour en savoir plus : consultez le dossier spécial du numéro 63 de Technic’baie février/mars 2017

Article en lien