La FFB retoque le Gouvernement sur les déchets de construction

Le 10 juillet, le Conseil des Ministres présentait le projet de loi contre le gaspillage et pour l’économie circulaire. Parmi les nouvelles mesures, le gouvernement a introduit une nouvelle filière à responsabilité élargie des producteurs pour les produits ou matériaux de construction.

Les raisons ? Les déchets de construction représenteraient plus de 46 millions de tonnes par an avec des marges de progrès significatives car ils seraient valorisés ou réutilisés à 46 %. Des données qui ont irrité la Fédération française du bâtiment. Dans un communiqué de presse du 11 juillet, celle-ci remet ces chiffres dans leur contexte :

 » 93 % de ces déchets sont des déchets inertes (gravats, terre non polluée, béton, enrobé, brique, tuile, etc.) […] et sont déjà valorisés aux 2/3 conformément aux objectifs européens.

L’enjeu porte sur les déchets du second œuvre (bois, plâtre, verre, isolants…). qui ne représentent que 10 millions de tonnes, soit 3 % des déchets produits en France, bien loin des 70 % évoqués.

Or, si ces 3 % de déchets sont revalorisés à moins de 50 % en moyenne, les situations sont très diverses :

  • le métal, recyclé à 90%, ne présente pas de sujet en soi ;
  • le bois est valorisé à 75% (recyclage et valorisation énergétique) mais augmenter son recyclage est à ce jour difficile faute de débouchés ;
  • pour le plâtre, le PVC rigide et le verre plat des fenêtres, les procédés techniques de recyclage sont opérationnels ou en passe de l’être, mais la collecte des déchets triés reste à massifier ;
  • pour d’autres filières comme les isolants, les moquettes ou certains plastiques les filières de recyclage en sont aux prémices ».

Article en lien