Le Cerema crée des outils pour évaluer le confort d’été des logements rénovés

Si le confort d’été s’est imposé dans la RE 2020, du côté des rénovations de logements, la prise de conscience semble à peine engagée. Pourtant des outils commencent bel et bien à se développer : c’est le cas des applications RITE (Risque d’Inconfort Thermique d’Eté) développées par le Cerema* pour les maîtres d’ouvrage du secteur social et les artisans. Karine Jan, référente du projet RITE nous en dit plus.

Le Cerema s’est engagé en 2020 dans le projet RITE «Evaluation du risque d’inconfort thermique d’été face au changement climatique». L’objectif de ce projet est de créer des outils d’évaluation et de prévision rapide du confort d’été (ou plutôt du risque d’inconfort thermique d’été) des logements après travaux. Ainsi, le Cerema travaille actuellement sur deux applications qui seront opérationnelles en 2021 :

l’une pour les maîtres d’ouvrages du secteur social conçue pour l’USH (Union Sociale pour l’Habitat). Finalisée récemment elle a déjà été diffusée par l’USH auprès des différents correspondants régionaux. Elle va permettre aux maîtres d’ouvrage d’évaluer le risque d’inconfort d’été dans les logements pour un projet de rénovation en logement collectif, dans le climat actuel et dans une projection à 2050-2080.

– l’autre pour les artisans dans le cadre du programme PROFEEL, en lien avec l’Agence Qualité Construction. Ce programme PROFEEL propose un panel d’outils aux artisans pour les soutenir dans la conduite de travaux de rénovation en maison individuelle. Cette application RITE spécifique viendra ajouter au panel des outils PROFEEL, un volet d’évaluation de l’impact des travaux sur le confort d’été, en situation courante comme en situation caniculaire. L’étude est en cours et le développement informatique de cet outil RITE associé aux outils PROFEEL, sera finalisé au plus tard d’ici à la fin de l’année.

Maisons individuelles en lotissement dans le Doubs – Photo : © B.Daval – Cerema

Le pourquoi du comment des applications RITE 

Contactée par la rédaction, Karine Jan, référente du projet RITE au sein du Cerema nous explique : « Notre première motivation pour le développement de notre outil pour l’AQC est d’éviter que des travaux engagés pour réaliser des économies d’énergie en hiver, ne soient défavorables au confort d’été. » Cet outil permettra aux artisans de visualiser si après les travaux de rénovation (souvent engagés pour des économies d’énergie en hiver), le confort d’été sera amélioré ou au contraire pénalisé. Et permettra donc de rectifier le tir en fonction.

Pour mettre en place ces applications, des milliers de configurations de bâtiments ont été modélisées selon leurs équipements, leur orientation, leur mode de gestion par les usagers. Grâce à ces outils, l’utilisateur de l’application obtient un résultat sans avoir à faire de calculs complexes, en renseignant simplement un certain nombre de données. « Nos modélisations utilisent la méthode de mesure de l’inconfort d’été de la RE 2020 avec un calcul des degrés-heure, mais nous n’avons pas les mêmes conventions. Notre logique est de tenir compte de la manière dont l’usager va gérer ses protections solaires en fonction des contraintes notamment » explique Karine Jan. « S’il y a une contrainte de bruit ou d’insécurité, l’usager n’ouvrira pas ses baies la nuit. Et selon la manière dont il va gérer ses protections solaires, les résultats seront très différents. Entre un usager équipé d’une domotique dernier cri et un autre qui ne gère pas du tout ses protections solaires, il y aura une grande différence de résultat » précise t’-elle. Ces éléments sont donc pris en compte dans l’évaluation du risque d’inconfort d’été faite par l’application RITE.   

Des projections différentes pour le résidentiel collectif et individuel

« L’autre motivation dans l’air du temps, qui nous a poussé à élaborer cet outil est de permettre de se projeter dans l’évolution du climat lié au réchauffement climatique. Cet outil est prévu pour avoir des projections à 2050-2080 pour l’USH, pour qui l’acte de construire se fait sur le long terme. Pour les artisans et les maisons individuelles nous sommes dans une projection à 2030 en situation caniculaire. Nous pourrions faire des projections à 2050 mais nous voulions que cet outil soit plus parlant pour le particulier, qu’il se sente plus concerné. Nous parlons donc de situation caniculaire et l’application permettra au particulier de voir comment sa maison réagit dans ces conditions » précise Karine Jan. J.B

Photo : © Patrick PALMIER – Cerema

Nous reviendrons plus en détails avec Karine Jan sur ces nouvelles applications RITE, dans notre dossier Confort d’été et protections solaires du N°84 de Technic’baie.

* Cerema

(Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement). Le Cerema un établissement public tourné vers l’appui aux politiques publiques, placé sous la double tutelle du ministère de la transition écologique et du ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales.