Protections solaires et commerce international : un jeu très ouvert

Protections solaires et commerce international : un jeu très ouvert

Le marché mondial des protections solaires révèle toutes les nuances culturelles et affectives des peuples. Ce marché toujours en évolution offre de réelles opportunités pour les industriels français. Progressivement, la plupart des pays prennent conscience, à des niveaux différents, des enjeux du réchauffement climatique ou à minima, de la nécessité de réduire ses consommations d’énergie, pour des questions purement financières. Mais pas seulement. Il existe une véritable synergie croissante dans le monde vers une amélioration des performances thermiques du bâtiment, à relier à l’évolution du mode de vie. Cependant, pour réussir la partie, mieux vaut connaître les règles du jeu locales.

Quelles sont les 4 règles pour bien exporter des protections solaires ?

  1. Bien connaître le marché visé et ses intervenants.
  2. Assurer une présence sur le terrain identifiée par le biais d’une filiale, d’un distributeur exclusif etc.
  3. Se démarquer par la qualité de ses produits dans le respect des exigences locales.
  4. S’appuyer sur un réseau fiable de compétences complémentaires, hexagonales ou européennes, pour fidéliser ses clients.

Quels sont les 3 atouts maîtres qui font la différence aujourd’hui ?

  1. Les Français sont mieux placés que les asiatiques pour proposer des produits de protection solaire transparents.
  2. Les industriels européens ont une longueur d’avance en protection solaire extérieure.
  3. Quand les contraintes architecturales imposent l’usage d’un store intérieur en tertiaire, détenir un produit classé M0/A2 fait la différence.

La protection solaire n’est pas un accessoire superflu. Il faut le faire savoir en France, mais aussi, bien au delà des frontières hexagonales.

 

Article en lien