Reconfinement : « Comptez sur nous ! », déclare Olivier Salleron

Après l’allocution d’Emmanuel Macron, Olivier Salleron s’est adressé aux acteurs du BTP sur les réseaux sociaux, pour les assurer du soutien actif de la FFB pendant ce nouveau confinement d’un mois, à minima. Le point sur la situation.

« Les chantiers du BTP vont pouvoir continuer pendant cette période plus difficile » a immédiatement confirmé Olivier Salleron, Président de la FFB depuis le dernier confinement. Dans le même temps, à l’Assemblée Nationale, Jean Castex affirmait à la suite d’Emmanuel Macron la veille : « Le secteur du BTP doit continuer à travailler. Nos usines doivent fonctionner, nos agriculteurs doivent poursuivre leurs activités ». A la demande de la FFB, Emmanuelle Wargon, ministre du logement, confirmait quant à elle dans l’après-midi, que les particuliers pourraient continuer leurs travaux, notamment bien sûr, ceux liés à la rénovation énergétique. Cette après-midi c’est l’ouverture des négoces de matériaux qui était confirmée à son tour. En toute logique, mais le doute planait encore hier sur ce point. Comme sur l’accès aux aides financières pour les entreprises du BTP en difficulté, qui seront elles aussi, belle et bien éligibles, comme l’ont confirmé de concert, Emmanuelle Wargon et Olivier Salleron aujourd’hui.

Le BTP fer de lance de l’économie

Le BTP semble bien reconnu désormais, comme fer de lance de l’économie par le Chef de l’Etat et son gouvernement. L’épisode du mois de mars où l’ex-ministre du travail provoquait une levée de boucliers des acteurs du bâtiment, paraît dorénavant un lointain et mauvais souvenir. Bien du chemin a été fait, bien des batailles ont été menées depuis par les fédérations, pour que l’activité du secteur soit réellement soutenue, dans le respect bien sûr, de protocoles sanitaires spécifiques. « Vous le savez, depuis des semaines, depuis des mois, nos entreprises sont disciplinées, sont compétentes quant à l’utilisation du Guide de préconisations sanitaires que nous avons-nous même créé il y a plusieurs mois avec l’OPPBTP » rappelle Olivier Salleron. « Avec le gouvernement, nous avons mis en place une procédure en amont comme en aval pour pouvoir continuer nos chantiers et les réaliser de la meilleure façon économique qu’il soit. Toujours en sécurité pour nos salariés, c’est notre crédo » précise t’il.

« Le bâtiment va entraîner le reste de l’économie, je vous le garantis. Tous ensemble, nous allons réussir ».

Si l’activité va pouvoir se poursuivre, le marché de la construction et de la rénovation subit néanmoins de plein fouet cette crise sanitaire et économique qui n’en finit pas de rebondir. Face à ce challenge, Olivier Salleron reste combatif et appelle à l’union : « Il faut que nous soyons unis. Dans le bâtiment nous savons ce que c’est que le collectif ; nous allons tous travailler ensemble. Lors de la reprise, le bâtiment a montré toutes ses valeurs et a su entraîner tout le reste de l’économie. Tous les acteurs de la construction, toute la famille de la construction, sont avec nous. Nous allons aussi les entraîner vers la réussite ». Et de rappeler l’engagement de la FFB auprès des acteurs du BTP qu’il incite à se mobiliser : « Comptez sur les collaborateurs, les élus les mandataires nationaux, régionaux et départementaux de notre fédération. Le bâtiment va entraîner le reste de l’économie, je vous le garantis. Tous ensemble, nous allons réussir ».

Les aides aux entreprises reconduites pour 6 mois

« Le recours au télétravail doit être le plus massif possible. Dans le secteur privé, toutes les fonctions qui peuvent être télétravaillées, doivent l’être 5 jours sur 5 » précisait dès jeudi, Jean-Castex à l’Assemblée Nationale. Un impératif sur lequel Elisabeth Borne, ministre du travail, promet d’être intransigeante. Du côté des aides aux entreprises « le dispositif d’activité partielle en vigueur, qui devait se réduire au 1er novembre, sera maintenu et prolongé pour les salariés, aux conditions actuelles. Les PME qui connaissent des difficultés pourront bénéficier d’un renforcement des exonérations de charges, et les prêts garantis par l’état seront prolongés de 6 mois » annonçait le 1er ministre, précisant que « mercredi, le conseil des ministres adoptera un nouveau projet de loi de finances rectificatif prévoyant une enveloppe de 20 milliards d’euros supplémentaires pour financer ces mesures de soutien et d’accompagnement ». Des mesures qui, on l’a vu, seront aussi ouvertes aux entreprises du BTP en difficulté. Avec l’ouverture des négoces annoncée aujourd’hui, le dispositif semble donc bien bordé pour limiter la casse et permettre à l’ensemble de la production et de la mise en oeuvre, de se faire sans trop de heurts sur les chantiers de construction et de rénovation.

La FFB reste vigilante et appelle le gouvernement à soutenir le logement neuf

Ces dispositions et ces aides seront-elles suffisantes néanmoins, alors qu’au fil des mois, les conséquences de la crise sanitaire finissent par augurer un repli durable sur les marchés du bâtiment, et que la situation financière des entreprises du secteur se dégrade ? La FFB est restée vigilante à toute tentative d’amendement susceptible de pénaliser le secteur pendant les débats parlementaires relatifs au Projet de loi de finances 2021. A pied d’oeuvre en commissions locales ou nationales, elle continue à livrer bataille, point par point, auprès des ministres et interlocuteurs compétents, désormais acquis semble t’il, aux problématiques et besoins du secteur. Le résultat peut-être, d’un travail de fond, initié il y a quelques années par la FFB auprès des pouvoirs publics, pour peser dans la balance. Avec diplomatie, ténacité et pédagogie. Elle déplorait fin septembre, de nouveaux délais imposés par de nombreux compléments et détails à régler par voie d’amendements gouvernementaux. « Les professionnels attendent depuis la fin du printemps des dispositifs de soutien au secteur et à l’emploi, qui font par ailleurs écho à un besoin réel sur les territoires. C’est notamment le cas pour le logement neuf, qui ne bénéficie d’aucune mesure puissante (…) alors que la chute des permis et des ventes prend un tournant vertigineux » déplorait alors Olivier Salleron. Un point sur lequel il insiste encore aujourd’hui.

Ce nouvel épisode de la Covid19, s’il est source d’inquiétudes pour beaucoup, aura néanmoins mis en lumière une vraie reconnaissance des pouvoirs publics à l’égard du BTP, et la capacité du secteur à se mobiliser comme acteur majeur de l’économie nationale.