Stores en tertiaire : hors Europe, les architectes peuvent contribuer à changer la donne

Stores en tertiaire : hors Europe, les architectes peuvent contribuer à changer la donne

En tertiaire, les stores extérieurs doivent pouvoir se développer et conquérir de nouveaux marchés au-delà de l’Europe. Dans certains pays, ils sont parfois portés par des architectes sensibles à ses performances techniques. Séverine Basque chef de produit chez Serge Ferrari nous confie son analyse.

Stores en Chine : quand la pollution s’en mêle

Hors Europe, la majorité des marchés se concentre sur la protection solaire intérieure (Asie, Etats Unis, Océanie). Cela peut s’expliquer, par des environnements spécifiques, particulièrement pollués comme en Chine. Dans d’autres pays, la typologie des bâtiments est parfois inadaptée aux stores extérieurs (comme les bâtiments de très grande hauteur, rendant l’entretien et la maintenance compliqués) ».

Les architectes peuvent changer la donne

Nous trouvons aussi des raisons culturelles. Aux États-Unis ou en Australie, par exemple, on a l’habitude d’utiliser des protections solaires intérieures. Dans ces zones, l’approche des prescripteurs par rapport au facteur solaireLe facteur solaire traduit la capacité d'une paroi à trans... ou aux performances énergétiques reste à développer. Il faut encore éduquer. Ils privilégient avant tout le confort visuel à travers la transparence et la gestion de l’éblouissement. Les stores restent alors trop souvent sur des solutions intérieures. Mais nous constatons malgré tout, que des projets de grande envergure ou portés par des architectes internationaux, mieux sensibilisés, prennent en compte les bénéfices thermiques d’un store extérieur».

Voilà qui encourage à entreprendre une communication pédagogique bien ciblée et bien argumentée, pour développer davantage le store extérieur dans les bâtiments tertiaires.

Retrouvez l’analyse complète du marché de la protection solaire en tertiaire sur le magazine Technic’baie n°66, octobre 2017.

 

Article en lien