Comment le smart building peut-il répondre aux problématiques de sécurité des occupants ?

Comment le smart building peut-il répondre aux problématiques de sécurité des occupants ?

Le smart building sera-t-il la panacée ? Philippe Roux directeur business développement de Slat et membre l’association Smart Buildings Alliance (SBA) répond à une question plus que jamais d’actualité.

« Par définition, le smart building implique une mutualisation des fonctions, permettant d’assurer un nombre de plus en plus importants de services apportés aux usagers et exploitants, sans pour autant multiplier les objets connectés (capteurs, actionneurs,etc.), qui en assurent le bon fonctionnement, sans surenchérir le coût global.

L’IPIP : Internet Protocol est devenu aujourd’hui le standard reconnu du bâtiment (« le 4ème fluide »). Il permet de faire communiquer facilement en transverse des fonctions auparavant « pilotées » pour offrir des réponses économiquement viables ».

Smart Building et capteurs multifonctions

« Utiliser les capteurs de présence du CVCCVC : chauffage ventilation climatisation pour faciliter la gestion des espaces, voire de l’évacuation des personnes par géolocalisation, est techniquement réalisable, si les protocoles de communication s’ouvrent enfin de façon vertueuse.

L’utilisation couplée de technologies de type géolocalisation, caméras IP, biométrie, etc. fait  émerger des services inimaginables auparavant. Cela concerne aussi bien l’aspect « transparence des contrôles » et confort des occupants, que la sécurité intrinsèque (utilisation des caméras internes de vidéo-protection comme levée de doute d’un départ feu en complément du CMSI).

Garantir la sécurité : un impératif

Un des enjeux majeurs de ces évolutions devient d’assurer la transmission et la disponibilité des « bonnes » données en temps réel. Nos clients intégrateurs nous sollicitent pour apporter des solutions innovantes afin de sécuriser l’ensemble de la chaine de contrôle-commande. Le bâtiment devient un process produisant des données valorisables.

Reste à convaincre l’ensemble des acteurs de la sécurité de bâtiments. Mais avant cela, il faudra convaincre le monde des assurances, du fait que ces nouvelles architectures « smart » de sécurisation n’apportent pas de faille de … sécurité !  »

Rappelons que les cyberattaques interviennent partout dans le monde. Elles font des milliers de victimes : de la petite entreprise artisanales aux multinationales.

Article en lien