La canicule va-t-elle enfin permettre l’avènement de la DIES ?

Dans la réglementation thermique 2012 (RT 2012), mais aussi  lors d’une rénovation globale, la TIC donne le tempo du confort d’été. Or, un récent sondage démontre une fois de plus l’inconfort d’été subit par les occupants (source : forumconstruire.fr, étude de juin 2017). La récente période de canicule a visiblement été assez difficile à supporter pour les personnes sondées. Plus de 60 % ont eu chaud dans leur maison. Plus étonnant : seuls 28,9 % des propriétaires de maisons RT 2012 et 8,7 % des propriétaires de maisons RT 2005 indiquent qu’en fermant tout et en aérant, cela reste agréable. La majorité a souffert.

Pourquoi le confort d’été est-il aussi précaire ?

La bonne isolation de l’enveloppe rend ces maisons étanches à l’air. Parallèlement les surfaces vitrées s’accroissent. Ces caractéristiques très appréciables en hiver limitent le besoin de chauffage. Mais elles accroissent des périodes d’inconfort thermique liées à la surchauffe. De nombreuses études sérieuses démontrent cela.

En été, si la température ne chute pas en fin de journée pour ventiler : cela devient vite insupportable. Il existe cependant une autre alternative : utiliser des stores pour ne pas avoir à occulter complètement en journée. Mais surtout, d’un point de vue réglementaire prendre en compte la DIES pour la prochaine règlementation thermique plutôt que la TIC, qui intervient actuellement dans les calculs réglementaires en neuf (RT 2012)

La DIES va-t-elle enfin sortir des tiroirs ?

Pourquoi privilégier la DIES plutôt que la TIC ? La TIC n’est en fait pas une température intérieure de confort. Son calcul ne tient compte que des 5 jours les plus chauds de l’année. A ce jour, la TIC d’un projet neuf doit toujours être inférieure à une TIC de référence. Mais cette donnée est peu pédagogique. D’autant qu’elle ne correspond pas vraiment à la réalité du quotidien.

Avec la DIES, plus proche de la réalité, la prise en compte du confort d’été pourrait enfin améliorer la conception des bâtiments. Elle s’obtient à l’aide d’une nouvelle méthode de calcul un peu plus complexe. La DIES tient compte de plusieurs facteurs (ex: hygrométrie) et se base sur des études scientifiques menées sur des personnes en conditions réelles. Elle allie ces données à un autre facteur important : le confort adaptatif. En effet, la sensation d’inconfort diffère selon certaines caractéristiques et notamment la température extérieure. Plus il fait chaud dehors, plus nous allons supporter les températures élevées à l’intérieur. En outre, la DIES implique des calculs effectués sur plusieurs mois. Ce qui convenons-le, correspond un peu plus à la réalité !

Pour ne savoir plus :

Article en lien