Concevoir du tertiaire passif en zone sauvegardée : c’est possible !

Concevoir du tertiaire passif en zone sauvegardée : c’est possible !

Ce bâtiment tertiaire passif rénové résulte d’une approche pionnière à la française unique en son genre. Le 15 septembre 2016, le bâtiment Pierre Verte était inauguré à Auch (Gers). Il s’agit du premier immeuble européen situé en périmètre sauvegardé, à énergie positive et 100 % autonome. Cette restructuration exceptionnelle met en pratique une vision à la fois pragmatique et visionnaire de ce que pourrait être la rénovation de bâtiments très anciens.

ADDENDA tertiaire passif facadesurruedr
Un bâtiment tertiaire passif primé par l’ADEME

Le bâtiment Pierre Verte est lauréat national de l’appel à projets de recherche Ademe « vers des bâtiments responsables à l’horizon 2020 » et lauréat de l’appel à projets 2014 ADEME – Conseil régional BATECO « Bâtiments économes de qualité en Midi-Pyrénées ».

Ce chantier démontre en effet qu’il est possible, moyennant une approche raisonnée en termes d’architecture, de coût et de solutions, d’obtenir le juste équilibre nécessaire pour atteindre des performances exceptionnelles. La gestion des apports solaires faisait bien entendu partie des réflexions et l’usage de BSOLe BSO est un brise-soleil orientable, composé généraleme... a été prescrit.

ADDENDA tertiaire passif p1030361Se situer en périmètre sauvegardé ne constitue plus un obstacle en tertiaire passif.

Ce projet exceptionnel été conçu et mis en œuvre par Addenda, un cabinet spécialisé dans la maîtrise d’énergie mais aussi l’optimisation énergétique et environnementale des bâtiments, en collaboration avec l’atelier d’architecture Frédéric Airoldi. La valeur esthétique et patrimoniale du bâti a été respectée. Il s’agit en effet d’une construction de l’évêché d’Auch, érigée entre le XVIIIè et le XIXe siècle, qui abrita ensuite une caserne de gendarmerie pendant près de 100 ans.

Le rapport performance/coût est positif

Cette ancienne bâtisse de l’évêché d’environ 1000 m² accueillent désormais l’antenne gersoise du Centre National de la Fonction Publique Territoriale (CNFPT) et le nouveau siège d’Addenda. Le bâtiment BEPOSBEPOS : bâtiment à énergie positive. atteint une performance inédite pour une rénovation avec un Coefficient d’Énergie Primaire (CEPCEP: coefficient d’énergie primaire. Il s'applique dans l... ) de – 16 kWhEP/m²/an et -32.5 kWhEP/m²/an en STDSTD : simulation thermique dynamique (simulation thermique dynamique). Elle va bien au-delà d’une construction neuve, pour un coût de 1350 € m² de surface de plancher (SPLSPL: surface de plancher ). Un coût qui se situe dans la moyenne des restructurations classiques de qualité.

Nous avons donc demandé à Alain Castells gérant de la société Addenda, de nous expliquer pourquoi le bâtiment atteint de telles performances.

Tout d’abord, pourquoi des CEP négatifs ?

Le Cep est négatif, du fait que la production énergétique sur site issue des EnREnR : énergie renouvelable (photovoltaïque et cogénération) est supérieure à la consomADDENDA tertiaire passif 8-3-chapelle-plateau-actuelmation énergétique du bâtiment. Ainsi, la valeur finale s’inscrit en négative : ce qui prouve la performance du projet.

Le calcul s’effectue en effet de la manière suivante : consommation énergétique – production énergétique = solde de consommation.

Lorsqu’un bâtiment produit plus d’énergie qu’il n’en consomme, le solde de consommation est négatif : ce qui veut dire paradoxalement, que le bâtiment est très performant ».

Pourquoi indique-t-on deux valeurs de CEP ?

La valeur – 16 kWh est issue du calcul thermique RT 2012La réglementation thermique RT 2012 est applicable à tous ... , effectué avec le moteur semi-statique du CSTBCSTB : Centre Scientifique et Technique du Bâtiment. &nb... qui sert à réaliser le calcul réglementaire.

La valeur – 32.5 kWh EP/m²/an est issue de la Simulation Thermique Dynamique (STD) plus précise dans la modélisation du comportement thermique réel du bâtiment. Le bâtiment ressort donc plus performant encore (ce qui est assez classique), même si la valeur à afficher réglementairement doit être issue par convention du calcul réglementaire RT 2012 ».

Quelle a été l’approche directrice mise en place ?

ADDENDA Tertiaire passif detail-chapelle_2Nous avons décidé de concevoir un bâtiment patrimonial à énergie positive, 100 % autonome, sans isoler les murs. Nous voulions ainsi montrer l’exemple et mettre la barre assez haute dans la performance énergétique… Nous avons bien entendu isolé les sols et les toitures. Évidemment, dans ce cas de figure, le risque de déperdition se révèle alors très élevé au niveau des baies. Nous n’avons pas fait d’impasse là-dessus. Nous avons opté pour des baies Technal performantes avec vitrage argon. »

Comment a-t-on pris en compte le confort des usagers en tertiaire passif ?

ADDENDA tertiaire passif rénovation detail-vitrage-2_2Le confort des usagers a bien entendu nécessité des études très précises. Nous réalisons des simulations dynamiques depuis plus de 25 ans (thermique et lumière du jour). Nous avons donc travaillé en fonction du bâtiment, de son inertie, du rapport de surface vitrée par rapport au mur (environ 22 %). Si nous laissions le vitrage clair et l’usage libre des BSO, nous allions dépasser la plage idéale de confort. Nous avons donc effectué un compromis, pour une approche intermédiaire ce qui réduit les montées en température l’été (même si la protection solaire est mal gérée) et laisse entrer assez de soleil l’hiver pour améliorer le bilan. Le ressenti d’un bon ensoleillement en hiver représente un véritable confort de vie. »

Comment s’est géré le confort d’été ?

Pour se protéger des apports solaires en période chaude, nous avons mis en place des BSO en aluminium Schenker Stores. Chaque baie dispose de sa télécommande pour régler descente, remontée et orientation des lames, pour un réglage à la demande. Mais nous avons aussi mis en place des fermetures centralisées ».

Une étude démoADDEDA Tertiaire passif 3-2-bloc-accessibilite-apres-detail_2nstrative

L’étude du confort d’é effectuée pour ce bâtiment démontre l’importance de rechercher dans les composés de l’enveloppe, le meilleur compromis entre qualité de vue, esthétique et performance énergétique, sans faire l’impasse sur la performance des vitrages et des protections solaires.

Carnet de chantier

  • Maître d’ouvrage/bureau d’études : Addenda
  • Architecte : Frédéric Airoldi, atelier d’architecture Airoldi
  • Installations fenêtres et BSO : Cunha et Castera.TCBR0062_001_BA840196

 Retrouvez l’intégralité des détails techniques de ce chantier tertiaire passif dans Technic’baie, numéro 62, décembre 2016.

Article en lien