Tropicalia, une bulle qui sort de terre

Tropicalia a l’ambition de devenir la plus grande serre tropicale au monde. Ce projet de 20?000 m2 sera réalisé à Rang-du-Fliers dans le Pas-de-Calais, au 1er trimestre 2019 en vue d’une ouverture au public en 2021. L’objectif?? L’immersion totale dans un univers tropical. Les 350?000 m3 de volume sous la serre accueilleront ainsi des papillons, des oiseaux, poissons et des reptiles au sein d’une immense collection botanique constituée de plantes à fleurs, d’orchidées, d’une forêt…

D’un point de vue architectural, le bâtiment se soulèvera du sol pour abriter son univers de faune et de flore, évitant ainsi toute rupture avec le site existant. L’architecture cherche à se fondre dans le paysage. Quant au dôme, conçu par le cabinet Coldefy & associés Architects urbanistes, il cherchera à allier isolation thermique et autonomie énergétique. Pour ce faire, une installation particulière sera requise, reposant sur un « double dôme »?: « Nous avons constaté que les structures classiques avec un seul dôme généraient de la chaleur excessive en hauteur. Nous voulions voir si nous pouvions apprivoiser ce phénomène en créant une poche solaire thermique grâce à un double dôme » explique Cédric Guérin, fondateur et porteur du projet. Pour éviter la concentration de chaleur en hauteur, les structures ne sont pas parallèles, les tailles varient, l’écart entre chaque travée est quasiment sur mesure.

L’ETFE pour une architecture légère et lumineuse

Ce double dôme sera constitué d’une structure métallique porteuse entourée de bandes d’ETFE de 60 mètres de longueur sur 4 mètres de largeur. La couche extérieure du dôme est composée d’une membrane synthétique minérale en « coussins » pressurisés, afin d’isoler l’intérieur tout en permettant de laisser le passage à la lumière. Enfin, pour renforcer l’isolation, une autre couche d’ETFE sera déployée cette fois-ci sous la structure porteuse. « Cela permet de réduire nos besoins de chaleur pendant la période hivernale en créant un matelas d’air isolant mais aussi de concentrer la chaleur pour une meilleure récupération » précise le président. L’avantage de l’ETFE?? « Il est plus léger que le verre. Les serres en verre de Vincennes et de Beauvais sont très lourdes au niveau de la charpente. Nous souhaitions une architecture plus légère. En outre, il ne brûle pas car c’est un minéral à la base. Et il laisse passer tout le spectre lumineux alors que verre coupe les UV. » explique Cédric Guérin.

La seule serre qui s’auto alimente en chaleur

« En outre, au lieu de ventiler la chaleur dans l’atmosphère, on la pompe et la stocke dans 4 réservoirs d’eau de 200 m3 grâce à des échangeurs thermiques » ajoute ce dernier, « C’est la seule serre qui s’auto alimente en chaleur grâce à son design et un procédé échangeur thermique dernière génération capable de mélanger de l’air chaud avec de l’eau froide. L’air qui sort est déchargé de ses calories et redevient frais. C’est l’eau dans l’échangeur Terraotherme qui capte les calories de l’air chaud ». La dimension de cet échangeur s’adapte en fonction des débits d’air que l’on souhaite traiter. L’air chaud issu de l’effet de serre est ainsi aspiré et les calories sont stockées dans de l’eau comme un thermos. « On peut ainsi réutiliser cette chaleur par la suite si besoin. Et comme elle excédentaire six mois par an, on pourra même la fournir à des tiers ».

À ce stade, le projet en est encore aux simulations thermo dynamiques pour définir les quantités de chaleur nécessaires par mois pour le confort des visiteurs. Tropicalia mobilisera 50 millions d’euros de budget. Il aura pour directeur général Patrick Le Bouill, ancien cadre du parc Astérix. 

Retrouvez ce chantier dans le dernier numéro de Technic’baie (TB 76) d’octobre 2019!

Article en lien