Cap sur l’après-RE 2020


L’État vient de missionner un groupement pour définir les contours du label RE2020, censé être plus ambitieux que la nouvelle réglementation.

Le Plan Bâtiment Durable, l’Alliance HQE-GBC, le collectif Effinergie et le Collectif des démarches quartiers bâtiments durables viennent d’être missionnés par le gouvernement pour définir un référentiel « label RE 2020 » . Cette base doit par la suite servir aux autorités pour écrire les règles de la prochaine réglementation environnementale attendue courant des années 2030.

Mesurer les performances énergétique effective

Les pouvoirs publics attendent de ce groupement d’intérêt écologique (GIE) piloté par le Plan Bâtiment Durable de proposer une gouvernance des travaux en impliquant les professionnels du secteur et de poursuivre les travaux techniques en élargissant la réflexion au-delà des seuls sujets énergie et carbone de la RE2020. Les thèmes abordés pour l’instant sont essentiellement la mesure des performances énergétiques effectives, l’intégration du bâtiment dans les réseaux, le confort et la santé, la gestion durable de l’eau, l’économie circulaire et la biodiversité.

Tout l’enjeu sera également de tenir compte de l’évolution des textes européens comme la directive « performance énergétique des bâtiments ». L’État imagine aussi que ce label pourrait venir concurrencer d’autres certifications internationales dont la réputation n’est plus à faire telles que Breeam et Leed, dans le but de « valoriser le secteur français de la construction à l’international » .