Marché du bâtiment : une étude FFB prospective pour anticiper

Marché du bâtiment : une étude FFB prospective pour anticiper

C’est un fait. L’environnement de travail se modifie de façon radicale. La FFB a donc décidé de publier une étude pour aider les professionnels à s’adapter.

Bruno Lucas président de la commission économique de la FFB © Philippe Bauduin.

Bruno Lucas président de la commission économique de la FFB © Philippe Bauduin.

Ainsi, selon Bruno Lucas président de la commission économique de la FFB, les évolutions comme le prouve la révolution numérique, s’accélèrent. Le bâtiment, secteur innovant depuis de nombreuses années, n’est pas exempté et ne saurait rester identique à lui-même dans un monde où tout se bouleverse.

Selon l’étude FFB, la reprise est bien là, mais…

Pour aider les professionnels à anticiper et se positionner de façon adéquate, une intéressante étude FFB a été publiée, intitulée Prospective Bâtiment à l’horizon 2025 (consultable sur notre site)

Selon son président Jacques Chanut, « le bâtiment semble s’inscrire dans une nouvelle phase haussière du cycle des affaires, à un rythme compatible avec le scénario que nous avons retenu pour la période 2015-2021 et exposé dans ce document ». Il tient toutefois à inciter à la prudence.

Trois risques pourraient venir perturber et même enrayer la reprise »

  1. La loi de Finances prévoit la suppression de l’exonération systématique de la TFPBTFPB : taxe foncière sur les propriétés bâties. pour les constructions neuves de logements sociaux. Cela pourrait ralentir le rythme de construction du logement social.
    Jacques Chanut président de la FFB © Philippe Bauduin.

    Jacques Chanut président de la FFB © Philippe Bauduin.

  2. L’environnement institutionnel post-élection présidentielle reste indécis. « L’annonce d’une importante réduction des dépenses publiques risque de ne pas épargner les dispositifs d’aide publique indispensables à l’activité du logement, ce qui serait de nature à casser la reprise, à l’instar de ce qui s’est observé de 2012 à 2014. La suppression de l’éco-PTZéco-PTZ : éco-prêt à taux zéro. Pour en savoir plus  c... , du dispositif « Pinel » et de la TVA à taux réduit menacerait directement et immédiatement plus de 100 000 emplois dans le bâtiment ».
  3. Une forte remontée des taux d’intérêt réels (à moyen/long terme) risque d’entraver le pouvoir d’achat immobilier des ménages. « Parmi bien d’autres facteurs, la mise en œuvre effective du « Brexit » pourrait introduire une déstabilisation de ce type ».

 

L’étude FFB est disponible en cliquant ici

Article en lien